Qualité Tourisme
 
Accueil > Découvrir > Histoires de l'Histoire > Personnages
 


LES PERSONNAGES


  • Henri IV, en visite à Castres
    Henri de NAVARRE.
    Le 14 mars 1585 : la visite d’Henri de Navarre
  • Henri IV, en visite à Castres
    Henri de NAVARRE.
    Le 14 mars 1585 : la visite d’Henri de Navarre
 
Le 14 mars 1585 : la visite d’Henri de Navarre

Henri IV, roy de France, a visité Castres
La venue à Castres d’Henri de Navarre, le futur Henri IV a pour but de se concerter avec les autres chefs du parti protestant dans la lutte contre les catholiques. A Castres, on retient plutôt ici l’anecdote du délicieux millas goûté par le futur roi. Cette fameuse galette de maïs lui avait été offerte par un paysan. Avant d’offrir la galette, la maîtresse de maison l’améliora avec du miel. Le roi repu vit en ce mets quotidien des Castrais un signe de richesse… Il augmenta donc les impôts ! La légende dit qu’à son retour trois ans plus tard, il rencontra le même paysan devenu miséreux et il goûta un millas détestable. S’étonnant de cette mauvaise fortune, le roi se vit répondre que l’enrichissement du pays avait considérablement appauvri le peuple… C’est ainsi qu’Henri IV comprit la leçon et diminua les impôts.

  • Pierre Borel, médecin du Roy
    Pierre BOREL
    1654 : Pierre BOREL devient médecin du Roi
  • Pierre Borel, médecin du Roy
    Pierre BOREL
    1654 : Pierre BOREL devient médecin du Roi
 
1654 : Pierre BOREL devient médecin du Roi

Pierre Borel, médecin du Roy
Docteur en médecine, régent de collège, membre de l’Académie de Castres, Pierre Borel devient en cette année 1654 le médecin officiel du roi Louis XIV. La partie la plus connue de son œuvre reste ses «Antiquités du Comté de Castres» où il se révèle un historien souvent naïf et son «Trésor des recherches et antiquités gauloises et franques», dictionnaire philologique.

  • Paul PELISSON-FONTANIER
    Paul PELISSON-FONTANIER
    1661 : Paul PELISSON-FONTANIER est embastillé
  • Paul PELISSON-FONTANIER
    Paul PELISSON-FONTANIER
    1661 : Paul PELISSON-FONTANIER est embastillé
 
1661 : Paul PELISSON-FONTANIER est embastillé

Paul PELISSON-FONTANIER
Né dans une famille protestante de Castres, Paul Pelisson, avocat et écrivain, est embastillé en 1661 suite à la disgrâce de son maître Nicolas Fouquet. Il reste incarcéré quatre ans, ayant refusé de renier Fouquet et ayant rédigé un «Discours au Roi par un de ses fidèles sujets sur le procès de M. Fouquet» puis, «Seconde défense de M. Fouquet» en sa faveur.

Libéré en 1666, il devient historiographe du Roi. Son abjuration lui obtient de riches bénéfices ecclésiastiques. D'abord membre de l'Académie de Castres, il deviendra plus tard Directeur de l'Académie Française.

  • Armand du Plessis, duc de RICHELIEU
    Armand du Plessis, CARDINAL DE RICHELIEU
    Août 1629 : venue à Castres du cardinal de Richelieu
  • Armand du Plessis, duc de RICHELIEU
    Armand du Plessis, CARDINAL DE RICHELIEU
    Août 1629 : venue à Castres du cardinal de Richelieu
 
Août 1629 : le Cardinal de Richelieu vient à Castres.

Armand du plessis, cardinal de Richelieu
Depuis la mort d’Henri IV en 1610, les droits des protestants sont bafoués et le temps des troubles est revenu. Pourtant, Castres renonce à défendre la cause protestante portée par le Duc de Rohan et, après la chute de la Rochelle, dernier bastion des réformés, Louis XIII ordonne la démolition des fortifications de Castres. Venant de Montpellier, accompagné d’une troupe si nombreuse qu’on avait fait faire pour elle «quarante mille pains», le Cardinal Richelieu est venu en personne s’assurer du démantèlement des fortifications de la ville. C’est chose faite en cet été 1629 où Richelieu découvre une ville ravagée par la peste et soumise désormais à son roi.

  • Pierre De FERMAT
    Pierre De FERMAT
    12 janvier 1665, mort à Castres de Pierre de FERMAT, mathématicien.
  • Pierre De FERMAT
    Pierre De FERMAT
    12 janvier 1665, mort à Castres de Pierre de FERMAT.
 
12 janvier 1665 : Pierre De FERMAT meurt à Castres

Pierre de Fermat, mathématicien
Castres perd en effet ce jour-là, frappé d'une crise d'apoplexie en pleine séance de la Chambre de l'Edit, un éminent conseiller et magistrat de la section catholique où il siégeait depuis 1638.

En correspondance épistolaire avec Pascal, il devient par ses travaux scientifiques, un mathématicien d'une très grande notoriété. Il perfectionne la science optique, la mécanique et surtout la théorie des nombres. Il aime lancer des défis aux autres mathématiciens d'Europe : Descartes, Pascal, Roberval, etc... Il fut inhumé dans l'église Saint Vincent, aujourd'hui disparue (angle sud ouest de la place Jean Jaurès).

  • Monseigneur de TUBOEUF
    Monseigneur de TUBOEUF
    4 février 1665, évêque de Castres, conseiller du roi Louis XII
  • Monseigneur de TUBOEUF
    Monseigneur de TUBOEUF
    4 février 1665, évêque de Castres, conseiller du roi Louis XII
 
4 février 1665 : Monseigneur de TUBOEUF, évêque de Castres.

Monseigneur de TUBOEUF
Après un épiscopat désastreux en la ville de Saint-Pons, Monseigneur de Tuboeuf fait en ce jour son entrée solennelle en tant qu'évêque de Castres (1665-1682) où il accomplira ses rêves de bâtisseur.

Comme l'ancienne demeure épiscopale lui paraît exiguë et en mauvais état, le prélat décide de faire construire une cité épiscopale aussi somptueuse que celle des évêques d'Albi. Conçu selon les plans de Jules Hardouin Mansart, l'édifice est achevé en 1673, puis complété par des jardins dont la beauté est liée au nom de Le Nôtre, le dessinateur des Jardins de Versailles.

L'évêque s'adresse ensuite au roi pour obtenir l'autorisation de réédification de la cathédrale. Les travaux progressent lentement faute d'argent et celle-ci ne sera livrée au culte que sous l'épiscopat de Monseigneur de Beaujeu, bien après le décès de Monseigneur de Tuboeuf, survenu en 1682. Il oeuvra également pour l'ouverture d'un hôpital général à Castres. A noter qu'il fut aussi conseiller de Louis XIII.

  • Jean-Louis de LIGONIER
    Jean-Louis de LIGONIER
    1697 : Jean-Louis de LIGONIER fuit la France
  • Jean-Louis de LIGONIER
    Jean-Louis de LIGONIER
    1697 : Jean-Louis de LIGONIER fuit la France
 
1697 : Jean-Louis de LIGONIER fuit la France

Jean-Louis de LIGONIER
En ces temps d'intolérance envers les calvinistes et après la révocation de l'Édit de Nantes, Jean-Louis de Ligonier, fils de protestants castrais, est obligé de quitter la France pour se réfugier aux Pays-Bas puis en Angleterre. Engagé dans l'armée anglaise, il en gravit tous les échelons, devient Feld-maréchal Pair d'Irlande, Comte puis membre de la Chambre des Lords. Il meurt en 1770 comblé d'honneurs. On peut voir à l'Abbaye de Westminster un monument élevé à sa mémoire.

  • Emilie de VILLENEUVE
    Emilie de VILLENEUVE
    8 décembre 1836 : Emilie de VILLENEUVE prend le voile...
  • Emilie de VILLENEUVE
    Emilie de VILLENEUVE
    8 décembre 1836 : Emilie de VILLENEUVE prend le voile...
 
8 décembre 1836 : Emilie de VILLENEUVE prend le voile

Jeanne Emilie de Villeneuve
Elle fonde avec deux autres jeunes filles, la congrégation des soeurs de Notre Dame de l'Immaculée Conception dite «Soeurs Bleues», à cause de leur habit bleu.

Pourquoi N-D de l'Immaculée Conception ? Emilie, depuis la mort de sa mère, a pris l'habitude de s'en remettre à la vierge Marie. Fille du riche Marquis Louis de Villeneuve, elle grandit au château d'Hauterive et choisit pourtant de quitter une vie aisée pour se consacrer aux pauvres. En 1854, elle meurt du choléra après avoir offert sa vie pour que l'épidémie qui sévit à Castres s'arrête.

  • Jean JAURES
    Jean JAURES
    19 mai 1876 : premier discours de Jean JAURES, qui deviendra ...
  • Jean JAURES
    Jean JAURES
    19 mai 1876 : premier discours de Jean JAURES, qui deviendra...
 
19 mai 1876 : premier discours de Jean JAURES

Jean JAURES
«Aussi, monsieur le Préfet, en réponse à votre visite qui est un honneur pour nous et un appel à notre bonne volonté, je vous le promets au nom de mes condisciples dont je suis l'interprète, nous travaillerons plus tard à servir notre pays comme nous travaillons aujourd'hui à vous rendre digne de le servir.»

Ce tout jeune homme d'à peine 16 ans qui prononce son premier discours public n'est autre que Jean Jaurès, qui deviendra plus tard le grand orateur et homme politique que l'on connait.
C'est à l'occasion d'une visite impromptue du préfet au collège de Castres que Jaurès se fait remarquer pour «sa voix ferme, son geste énergique, son regard clair et vif, des pensées belles revêtues d'une forme distinguée» (Le Républicain du Tarn, 21/05/1876).


A l'automne suivant Jaurès quittera Castres pour le collège Sainte-Barbe à Paris afin d'y préparer le concours d'entrée à l'Ecole Normale Supérieure. Il y sera reçu premier et sortira troisième de sa promotion avant de débuter son éminent destin.

  • Francisco de Goya
    Francisco de Goya
    27 septembre 1894: les oeuvres de GOYA entrent au musée
  • Francisco de Goya
    Francisco de Goya
    27 septembre 1894 : les oeuvres de GOYA entrent au musée
 
27 septembre 1894: les oeuvres de GOYA entrent au musée

Francisco de Goya
Par décisions successives du peintre Marcel Briguiboul puis de son fils unique et de sa veuve, la ville de Castres hérite de toute l'oeuvre et, notamment des trois peintures de Goya achetées à Madrid le 7 mai 1881, qui deviennent avec un nombre d'oeuvres prestigieuses le point initial de la collection d'art hispanique du musée de Castres.

Né de riches bourgeois castrais, Marcel Briguiboul s'initie à la peinture à Barcelone et se forme à Paris où il rencontre Jean-Paul Laurens, Renoir, Monet. Peintre et collectionneur, ébloui par les grands maitres espagnols, il acquiert de nombreuses oeuvres de qualité dont celle de Goya : l'«Autoportrait aux lunettes», le «Portrait de Francisco del Mazo», une série de gravures : les «Caprices» et l' «Assemblée des Philippines», un chef-d'oeuvre incomparable.