Qualité Tourisme
 
Accueil > Thématiques > Sport > Le Castres Olympique
 
Castres Olympique, équipe de rugby à XV de Castres



Historique du Castres Olympique
Source : «100 ans du Castres Olympique», Karim Bénaouda, Editions Privat, 2006

«Le paysage sportif local voit apparaître le ballon ovale en 1898 sous l'impulsion du principal du Collège Jean Jaurès. Une section rugby est créée, jugée comme la première expression ovale dans le département, qui répond au nom de "la Péruvienne", une étoffe fabriquée localement de renommée mondiale. Quelques associations vont suivre et adopter le rugby, l'Étoile Sportive Castraise et l'Union Sportive Castraise.

C'est le 20 février 1906 que les "pionniers" de l'histoire du Castres Olympique (CO) se réunissent sous la houlette de son futur président, Eugène Agert directeur des Dames de France (ancien Monoprix). Ce n'est que le 16 avril 1907 que la création du CO sera confirmée avec sa publication dans le Journal Officiel.

Dès 1907 le club fait son apparition en championnat des Pyrénées de deuxième série. Des joueurs de talent venus des meilleurs clubs Français et qui sont affectés au régiment castrais permettent au CO de se faire un nom et d'être en passe d'accéder à la première série, l'élite française du moment.

Les supporters du Castres Olympique en action De 1945 à 1948 le CO atteind les huitièmes de finale de la coupe de France et l'année d'après les quarts de finale. C'est le 30 mai 1948 que débutent les "3 Glorieuses" du CO. Cette année là ils remportent la finale de la Coupe de France. Le 15 mai 1949 le CO arrive à la finale du Championnat de France face à Mont de Marsan, et remporte le Bouclier de Brenus pour la première fois de son histoire, l'année suivante ils renouvellent leur exploit face au Racing Club de Paris.

À la suite de ces trois victoires consécutives le Castres Olympique se prépare à traverser une période d'accalmie, pour refaire surface dans les années 90.
»


Le Palmarès
1948Coupe de France
1949Champion de France de 1ère division
1950Champion de France de 1ère division
1956Demi-Finaliste championnat 1ère division
1989Champion de France Groupe B
1992Demi-Finaliste championnat 1ère division
1993Finaliste du Manoir
1993Champion de France de 1ère division
1995Finaliste championnat 1ère division
1996Champion de France Nationale B
1996Champion de France Cadets
1996Challenge Gaudermen Cadets
1998Finaliste Conférence Européenne
2000Finaliste Conférence Européenne
2001Demi-Finaliste TOP 16
2002Demi-Finaliste H-Cup
2003Champion d'Europe Parker Pen Shield
2003Champion de France Reichel
2003Vainqueur du Challenge Sud Radio
2008Champion de France Reichel
2009Champion de France Reichel
2012Demi finaliste Top14
2013Champion de France TOP 14
2014Vice-champions de France
Le bouclier de Brennnus, trophée du championnat de France de rugby à XV


Jean PIERRE-ANTOINE

Boucher originaire de Gaillac, il avait débuté le sport avec le vélo et remporte une éliminatoire régionale «le premier Pas Dunlop». Il a ensuite débuté sa carrière de rugbyman à Albi puis à Castres où il sera reconnu par ses pairs deux fois meilleur joueur du championnat. Il a été en 1956 «le Dernier Mohican» le seul champion de France sous le maillot olympien. Il décèdera la même année dans les vestiaires à la suite d'un match. Avec un stade qui porte son nom, Jean Pierre-Antoine fait partie intégrante du patrimoine du rugby castrais.

L'ABBE PISTRE

L'Abbé Pistre «le Pape du Rugby », avait une paroisse : le Castres Olympique.
Né a Mazamet en 1900, c'est au cours de ses études et de son service militaire que le futur abbé tombe dans la marmite ovale.
Lorsqu'il est nommé à la Paroisse Saint-Jacques, à Castres, il s'investit dans le club en tant que dirigeant, mais aussi pour une courte période comme entraineur de l'équipe fanion, il délivre aussi des billets épiques dans le journal local Le Courrier sportif du Tarn.
Il est dit de l'abbé Pistre qu'il est « le ministre des affaires étrangères du rugby », il avançait l'horaire des vêpres dominicales pour se rendre aussi sec dans une autre « cathédrale », le stade Pierre-Antoine. La fabuleuse histoire aux allures de légende de l'Abbé Pistre s'est interrompue brutalement le 27 janvier 1981.